This page is not available in the current language.

Faut-il que l'UE libéralise son régime des visas pour les Géorgiens?

2004
Depuis plusieurs années, l’Union européenne mène des négociations avec la Géorgie pour libéraliser le régime des visas. Est-ce que cette politique d’ouverture est correcte?

L’UE a tout intérêt à libéraliser le régime des visas en Géorgie avant la Russie

12/06/2016 - 13:25
L’Union européenne doit accorder la libéralisation des visas à la Géorgie faute de quoi la Russie pourrait nuire à ses intérêts en formulant une offre concurrente attractive.

Le 9 mars 2016, la Commission européenne a proposé de supprimer les obligations de visas pour les ressortissants géorgiens. Les négociations, qui durent depuis maintenant quatre ans, sont désormais suspendues à l’adoption de cette décision par le Conseil de l’UE et le Parlement européen.
Johannes Hahn, commissaire européen en charge de la politique de voisinage, a salué les efforts consentis par la Géorgie pour obtenir la libéralisation des visas, et Dimitri Avramopoulos, commissaire européen en charge des migrations, envisageait le lancement de la procédure dès cet été. En parallèle, le gouvernement de la Russie a commencé à travailler à la simplification du régime de visa pour la Géorgie. Aux yeux des Géorgiens, après le Brexit et en pleine crise migratoire, Bruxelles donner semble retarder la libéralisation des visas. Alors que les hésitations sur la politique d’une « Union toujours plus étroite » peuvent se comprendre, l’UE ne devrait pas oublier que trop d’attente pourrait nuire à ses propres intérêts dans le pays.

L’espoir géorgien?

La Commission européenne a proposé, le 9 mars 2016, de «supprimer les obligations de visas pour les Géorgiens en transférant la Géorgie sur la liste des pays dont les ressortissants peuvent se rendre, sans visa, dans l’espace Schengen». Un premier aboutissement après quatre ans d’intenses négociations, entamées le 4 juin 2012. L’adoption de quatre rapports sur l'avancement de la Géorgie sur le plan d'action de libéralisation des visas (VLAP) ont permis à la Commission de confirmer que la Géorgie remplissait tous les critères de référence prévus par le plan d’action. Cette décision a été accueillie avec une grande satisfaction de l’autre côté de la Mer noire.
Cette libéralisation renforcerait en effet les liens économiques entre les deux partenaires, en particulier dans un contexte de mise en œuvre de l'accord de Zone de libre-échange approfondi et complet (ZLEAC) entre l'Union européenne et la Géorgie. Les liens culturels seraient aussi consolidés. L’Union européenne aura l’opportunité de mieux présenter ses intérêts dans le pays, un point crucial étant donné le risque de renforcement de la propagande russe dans la région.

La présence de Poutine dans la région

Le «soft power» russe est bien à l’œuvre en Géorgie. Les citoyens sont sceptiques quant à l’intégration du pays dans l’UE et le nombre de partisans de la Russie augmente. Preuve en est le résultat de l’élection parlementaire d’octobre dernier, via laquelle les Géorgiens ont permis à un parti pro-russe, l'Alliance des patriotes de Géorgie, de faire son entrée au Parlement. Pour le ministre adjoint russe des affaires étrangères, Grigoriy Karasin, «la Géorgie pourra adopter la libéralisation des visas avec la Russie, mais les négociations avec l’UE vont être prises en compte». Autre objet d’inquiétudes: la Russie a proposé à l’Arménie, pays frontalier de la Géorgie, d'instaurer une coopération militaire entre les deux pays. Le 22 novembre, la Russie a également conclu un accord militaire avec l’Abkhazie pour réunifier leurs troupes militaires.
Le rapprochement avec l'UE pourrait réduire la propagande dans les régions géorgiennes pro-russe que sont l’Abkhazie et l’Ossétie du sud. Depuis que la Géorgie a entamé des négociations d'adhésion à l’UE, le gouvernement espérait que les demandes de passeports géorgiens de ces régions – donnant accès au territoire européen - allaient augmenter.

La Géorgie n’est pas le seul pays concerné. L’UE a aussi décidé de lever le régime de visas pour les ressortissants ukrainiens. Au-delà d’un rebond pour son économie, ce sera l’opportunité pour l’Ukraine de réduire, elle aussi, la propagande de la Russie dans le Donbass. 90% des Ukrainiens résidant dans la région du Donbass ne se sont jamais rendus en Europe de l'Ouest, cela signifie qu’ils peuvent être manipulés facilement par les médias russes.


L’UE doit donc accorder le plus tôt possible la libéralisation des visas à la Géorgie au risque de voir se dégrader les relations entre la Géorgie et l’UE et de permettre à la Russie de renforcer ses positions dans le pays. Tout retard est préjudiciable à la Géorgie, ainsi qu'à l'UE, et l’Union est déjà en train de perdre sa puissance dans les pays postsoviétiques.

 

 

This article deliberately presents only one of the many existing points of views of this contorversial subject. Its content is not necessarily representative of its author's personal opinion. Please have a look at Duel Amical's philosophy.

Accept the challenge!

The counter-article on this topic is yet to be written. Accept the challenge and be the first one to share Your opinion! One of our authors has already presented their take on the issue. Should you be of a different opinion, please write your counter article in a similar form and send it to us to duelamical@duelamical.eu.

Swipe to see the other side.

Comments

Add new comment