Un nouveau gouvernement roumain : beaucoup d’attentes mais déjà des critiques

8438
52%
48%
Le gouvernement d'Emil Boc a été remplacé par une équipe plus jeune, même si de la même couleur politique, qui a suscité de nombreux espoirs pour une partie de la population. D'autres pensent que, pour un vrai changement, il faudrait organiser des élections anticipées.

Le gouvernement change, les désillusions restent

Auteur
25/01/2013 - 14:46
Après de nombreux jours de protestations dans les rues, le Premier Ministre Emil Boc a enfin compris le désir du peuple et a présenté sa démission le 6 février 2012. Mais le nouveau gouvernement qui a été mis en place a soulevé beaucoup de critiques dès les premiers jours. Le peuple ainsi que les hommes politiques craignent que, comme le Président est encore en fonction, il ne peut y avoir de changements majeurs dans la méthode de gouvernement.

L’arrogance, le degré de corruption et l’incompétence du pouvoir en place ne disparaîtront pas par l’application d’une masque au nouveau Premier désigné. Le Président de la Roumanie, Traian Basescu et le PDL continuent de défier le peuple roumain » déclare le sénateur PSD Titus Corlatean.

Malgré le changement de gouvernement, il semble que ni le peuple ni les hommes politiques n’ont confiance dans le gouvernement, même si celui-ci est presque totalement remanié. Par ailleurs, le député Emil Radu Moldovan met un accent particulier sur le nombre de votes obtenus par ce nouveau gouvernement. Ainsi, il met en évidence le fait que le gouvernement actuel a été choisi avec une majorité des votes, comme la Constitution le prévoit, mais qu’il n’a pas eu le quorum auprès des commissions. Outre cela, beaucoup de membres de la classe politiques s’accordent pour reconnaître que ce gouvernement a été créé seulement pour répondre au désir du peuple de voir quelque chose de nouveau sur la scène politique, sans penser vraiment aux compétences des gens qui le composent. Par exemple, l’USL (l’Union Sociale Libérale) pense que ce n’est qu’une mise en scène et que le PDL manque du sérieux en faisant cette proposition.

Des ministres jeunes, un réel manque d’expérience

Emil Radu Moldovan déclare aussi que, comme il connaît la plupart des ministres, il n’entrevoit pas d’amélioration de la situation parce que, selon lui, beaucoup d’entre eux n’ont pas exercé un métier dans le domaine dans lequel ils sont ministres. De plus, le député PNL du département de Mures, Ciprian Dobre, a souligné le fait que ce n’est pas normal que le nouveau gouvernement soit constitué de membres aussi jeunes parce que cela sous-entend un manque de sérieux. Il insiste sur la nécessité de faire appel à des membres plus âgés car l’expérience serait un atout essentiel pour le gouvernement. Les médias décrivent souvent le nouveau gouvernement comme la « ligue junior » car en ce moment, la moyenne d’âge est d’environ 38 ans, ce qui n’est encore jamais arrivé ; ainsi le quotidien « Ziarul Financiar » a pu présenter un article sous le titre « Ungureanu présente une équipe de juniors ».

Un emballage différent pour un même contenu

Le sénateur PSD Daniel Savu pense aussi que le nouveau gouvernement ne va pas réussir à améliorer la situation : « Il est impossible de croire que le chef du gouvernement ne sera pas comme Traian Basescu ». Il a accusé le pouvoir actuel de n’avoir rien compris aux revendications de la population et d’avoir atteint des sommets en termes d’arrogance et de condescendance. Le sénateur ajoute qu’en agissant ainsi, le Président fait preuve de clientélisme politique et ne comprend pas que la population réclame des élections anticipées.

Généralement, les Roumains ont cessé faire confiance au gouvernement et pensent que même si les membres de celui-ci ont été changés, l’incompétence et la corruption vont toujours exister. Un autre sénateur PSD, Titus Corlatean, pense que le changement des membres n’aura aucun effet sur le système tant que c’est le même parti qui prend les décisions.

En guise de conclusion, l’actuel gouvernement n’inspire presque plus du tout de confiance aux Roumains : le Président est resté en fonction alors que le désir de la population était précisément de changer le pouvoir dans son ensemble. A cela s’ajoute le fait que l’âge et le présupposé manque d’expérience soulèvent certaines questions de la part des Roumains.

 

Cet article présente intentionnellement un seul parmi les différents points de vue existant sur cet enjeu. Son contenu ne reflète pas nécessairement l'opinion personnelle de l'auteur. Je vous invite à prendre connaissance de la philisophie de Duel Amical.

Un nouveau premier Ministre prometteur, courageux et confiant en lui-même et en son équipe

25/01/2013 - 14:46
Confronté à des manifestations de plus en plus importantes à travers le pays entier, l’ancien Premier ministre Emil Boc a décidé de donner sa démission le 6 février 2012. « Je dépose ma démission parce que je ne veux pas m'accrocher au pouvoir », a-t-il expliqué. Le même jour, le Président Traian Băsescu a nommé un nouveau Premier ministre. Homme politique, historien et diplomate de carrière, Răzvan Mihai Ungureanu a un profil tout à fait adéquat pour le poste de Premier ministre. Déterminé et expérimenté, il est l’incarnation de ce vent nouveau qui commence à souffler sur la Roumanie.

Mihai Răzvan Ungureanu a déclaré avec détermination que le nouveau gouvernement « c’est un gouvernement très jeune, qui comporte de nouveaux visages, des professionnels exceptionnels, des gens avec lesquels j’ai travaillé dans diverses compositions gouvernementales. » Motivé et sûr de lui, il a insisté sur le fait que son gouvernement mérite qu’on lui fasse confiance et qu’il est préparé à prouver non seulement un changement de génération politique mais aussi un changement dans la manière d’agir. Le nouveau Premier Ministre a des attentes précises à l’égard des membres de son gouvernement, ce qui prouve une fois de plus sa rigueur et son sérieux. Compétence, professionnalisme, responsabilité, décence, modestie ainsi qu’une disponibilité de dialogue afin que les intentions du Gouvernement puissent être entendues partout sont les qualités que le Ministre exige de son Cabinet. M. Ungureanu débute donc ses projets avec beaucoup de courage et de réalisme. Il déclare fermement ne pas être le Premier Ministre qui arrive à la tête du gouvernement avec l’idée qu’il y partira prochainement. Bien au contraire. Il est décidé de rester le temps nécessaire pour résoudre toutes les difficultés socio-économiques.

Un nouveau plan pour un nouveau Cabinet : créer un bon dialogue avec les partis de l’opposition

Le récent Premier ministre affirme avoir accentué, lors des discussions avec les groupes parlementaires de l’opposition, l’existence de trois responsabilités majeures. Il a tout d’abord insisté sur la grande responsabilité du futur Premier Ministre, une responsabilité énorme qu’il a totalement assumée et à laquelle il veut faire honneur. M. Ungureanu a évoqué la responsabilité de chaque Ministre pour ce qu’il doit accomplir dans le futur, pour l’application de chaque programme de gouvernement ainsi que pour ses conséquences et ses éventuelles erreurs.

Enfin, le rôle de tous les partis – donc des partis de l’opposition également – est crucial dans le sens où tous les partis sans exception sont responsables dans une égale mesure de la manière dont le gouvernement fait son travail. M. Ungureanu a raison de croire fortement en une solidarité gouvernementale et politique. En effet, comme il le souligne à très juste titre, il est indispensable qu’un bon dialogue s’installe entre le pouvoir en place et les partis d’opposition afin de mieux surmonter tous les effets de la crise économique.

De grandes ambitions pour un meilleur avenir

Le FMI, la Banque Mondiale et la Commission européenne ont signalé le retour de la confiance sur les marchés internationaux à l’égard de la Roumanie grâce aux réformes mises en place depuis le début de la crise. La Roumanie a donc retrouvé sa stabilité macroéconomique.

Toutefois, le ministre, très prudent, a pris soin d’élaborer le programme de gouvernement roumain pour 2012 en conformité avec un contexte international qui se caractérise encore par de fortes incertitudes économiques. Parmi les grands buts que s’est fixé le nouveau gouvernement, il est indispensable de souligner la volonté d’augmenter les salaires des fonctionnaires, que le gouvernement d’Emil Boc ait été contraint de réduire de 25% en 2009. Ce qui témoigne bien du fait que le récent Premier ministre est prêt à offrir un meilleur avenir aux Roumains, notamment en augmentant leur pouvoir d’achat, même si les effets de la crise se font encore sentir. De plus, le nouveau Cabinet se propose de baisser la contribution personnelle de chaque Roumain aux charges sociales, toujours dans une logique d’augmentation de leur revenu disponible. Enfin, le gouvernement compte créer de nouveaux emplois et protéger les intérêts économiques de la population tels que la capacité de remboursement des crédits bancaires. Le maintien de la stabilité financière, l’impulsion des investissements en absorbant les fonds européens, sont des objectifs tout aussi importants en vue d’accélérer la croissance économique. Enfin, l’adoption de l’euro en 2015 par la Roumanie est également un grand enjeu. Il s’agir de réduire le plus possible les conséquences néfastes de la crise économique et financière afin de permettre au pays d’être prêt pour le jour J.

En conclusion, le nouveau Premier ministre Ungureanu se trouve dans un excellent état d’esprit, ce qui est extrêmement rassurant. Il explique bien que « Les réformes vont continuer. L'amélioration que j'apporte, c'est que je suis un bon administrateur, qui, avant toute chose, dispose d'une efficacité logique. » La Roumanie est sur la bonne voie et il faut qu’elle continue ainsi.

 

Cet article présente intentionnellement un seul parmi les différents points de vue existant sur cet enjeu. Son contenu ne reflète pas nécessairement l'opinion personnelle de l'auteur. Je vous invite à prendre connaissance de la philisophie de Duel Amical.

Swipe to see the other side.

The state of the votes

52%
48%

Le gouvernement change, les désillusions restent
Auteur

Un nouveau premier Ministre prometteur, courageux et confiant en lui-même et en son équipe

Commentaires

Ajouter un commentaire