Les référendums en Hongrie: des instruments démocratiques à une démocratie instrumentalisée?

1387
Référendum contre la relocalisation européenne des réfugiés hier, proposition de référendum contre l'organisation des Jeux Olympiques de 2024 à Budapest aujourd'hui. Pourquoi la consultation directe du peuple devient-il à la mode?

Le joujou des partis politiques hongrois: le référendum

Auteur
28/02/2017 - 23:20
Le référendum contre la relocalisation des réfugiés soutenu par le gouvernement, et plus récemment le référendum contre la candidature à l’organisation des Jeux Olympiques (JO) en 2024 à Budapest. Dans les deux cas, les enjeux politiques que masquent ces initiatives sont plus importants que les questions posées.

Seulement quatre mois se sont écoulés depuis le référendum organisé par le gouvernement contre la relocalisation des réfugiés et dont plus personne ne parle aujourd'hui. A l’heure actuelle, c'est la question de l'organisation des JO à Budapest en 2024 qui occupe une place privilégiée dans la presse quotidienne.Le sujet a changé mais le débat reste le même: la nécessité de consulter la population. Malheureusement, les événements et les interviews politiques des dernières semaines ont également montré que les partis ont des intérêts politiques électoraux concernant le référendum actuel sur les JO.

Référendums infectés par les préférences politiques

Le 19 janvier 2017, le mouvement civil « Momentum – MOMO » a commencé à recueillir les signatures requises pour contraindre le gouvernement à organiser un référendum contre la candidature aux Jeux Olympiques en 2024 à Budapest. Seulement quelques semaines plus tard, ils ont annoncé qu’il s'organiserait en parti politique. Ces jeunes politiquement engagés, ayant un enthousiasme et naïveté saine (si on regarde leurs promesses politiques quelques fois banales et galvaudé) se battent pour une cause qu’ils trouvent juste, par un outil garanti par la Constitution : le référendum. Cependant, il est également clair qu’il a l’intention de changer le régime politique dans le proche avenir. Il trouve que la Hongrie n’est pas bien préparée à organiser un événement si coûteux, et qu'en général on ne peut plus avoir confiance au Fidesz. Par conséquent, un tel évènement poserait le risque de l'accroissement de la corruption.

Les intentions et les positions de quelques partis politiques concernant la candidature aux JO ne sont pas clairement exprimés.On peut se demander si le soutien des partis de gauche à ce référendum par les porte vraiment sur les JO ou si, dans un contexte électoral plus large, et ils le voient comme une occasion idéale de se prononcer contre le gouvernement. Les sondages confirment également une tendance de surpolitisation. Aujourd’hui, un mois après le lancement de l’initiative de référendum contre la candidature aux Jeux Olympiques,on peut observer une corrélation entre le soutien à la candidature et les opinions politiques. Plus précisément, selon les sondages, une forte majorité des personnes soutenant les partis libéraux ou de gauche sont contre l’organisation des JO. De même, selon des études du 17 février de Republikon Intézet, la majorité des soutiens du Fidesz appuie la candidature.

Manque de crédibilité

La surpolitisation de la question originale est de plus en plus visible, mais les raisons de la mobilisation des partis d’opposition contre les Jeux Olympiques sont discutables, notamment si on regarde comment l’opinion de différents acteurs d’opposition a changé sur les JO depuis le lancement de cette initiative référendaire.Par exemple, les membres du Parti socialiste hongrois (MSZP) ne pouvaient pas se mettre d'accord sur une position formelle : Ágnes Kunhalmi, la présidente de la section de MSZP à Budapest s'est exprimée positivement plusieurs fois sur les JO à Budapest, mais il y a quelques semaines elle a déclaré s'y opposer. Actuellement le parti MSZP aide à collecter les signatures contre les JO (ils ont commencé en retard par rapport aux autres partis de l'opposition). Autre exemple: l’ancien maire de Budapest Gábor Demszky,ancien membre du parti libéral SZDSZ, partenaire de coalition traditionnel des socialistes,a également changé d’avis sur les JO, de même que plusieurs personnalités publiques de gauche.

C’est bonnet blanc ou blanc bonnet

Un référendum valide par lequel le peuple de Budapest rejette la candidature à l’organisation des Jeux Olympiques causerait beaucoup de dommages au gouvernement, qui est en faveur des JO. Cette option vaut beaucoup pour les partis d’opposition qui ont cherché (jusqu’à présent) sans succès les faiblesses du Fidesz. Mais les partis d’opposition ne seraient pas les premiers à utiliser l’institution du référendum par simple calcul politique: le Fidesz a fait quelque chose très similaire en octobre 2016 avec le referendum contre la relocalisation des réfugiés dont la motivation politique est encore peu clair. Officiellement, le résultat devait souligner le soutien du peuple à son gouvernement contre les quotas proposés par la Commission européenne.Mais cette « campagne de haine » préréférendaire avait plus probablement pour but d’accroître la popularité du gouvernement auprès de l’électorat hongrois. Ces deux exemples que sont la politique d'asile et la candidature aux Jeux Olympiques montrent, indépendamment des affiliations politiques,comment les partis jouent avec les référendums pour des raisons purement électorales.

Les référendums devraient incarner des moments démocratiques par excellence où le peuple exprime sa voix directement et sans équivoque. Et pourtant, aujourd’hui, il paraît que cette institution est victime d’une instrumentalisation politique déplorable.

Cet article présente intentionnellement un seul parmi les différents points de vue existant sur cet enjeu. Son contenu ne reflète pas nécessairement l'opinion personnelle de l'auteur. Je vous invite à prendre connaissance de la philisophie de Duel Amical.

Accept the challenge!

The counter-article on this topic is yet to be written. Accept the challenge and be the first one to share Your opinion! One of our authors has already presented their take on the issue. Should you be of a different opinion, please write your counter article in a similar form and send it to us to duelamical@duelamical.eu.

Swipe to see the other side.

Commentaires

Ajouter un commentaire