La première dame doit-elle s'affirmer ou s'effacer ?

9412
53%
47%
La compagne de François Hollande a fait couler beaucoup d'encre. En effet, elle a soutenu le socialiste dissident Olivier Falorni alors que le parti soutenait son adversaire pour les élections législatives de La Rochelle. La sphère politico-médiatique a bien vite dénoncé un mélange des genres.

Valérie Trierweiler a tort de se croire libre

11/07/1970 - 18:38
Valérie Trierweiler plonge son mari dans l'embarras en prenant position sur des sujets polémiques. Une Première Dame respectueuse de la politique française doit être plus réservée. Elle doit reconnaître qu'elle occupe une place trop particulière pour pouvoir faire valoir son "indépendance".

En prenant position sur des sujets politiques, Valérie Trierweiler jette le doute sur l'importance de ses propos. Sont-ils approuvés par François Hollande ? Son soutien à l'opposant de Ségolène Royal à La Rochelle a mis le Président dans une situation très inconfortable. Il demeure le soupçon que ce soit une manœuvre de ce dernier pour évincer son ambitieuse ex-compagne.

La présidence n'est confiée qu'à une seule personne

Les Français élisent un individu à la tête de l'Etat, non un couple. La Première Dame n'a pas d'existence juridique. Certes des conventions non écrites lui reconnaissent un certain rôle de représentation et elle dispose de secrétaires, notamment pour son courrier. Cependant, elle n'a pas été investie d'une fonction importante au gouvernement. Par sa relation officielle avec le chef de l'Etat, elle ne peut pas prétendre à une indépendance totale. Si elle ne s'exprime pas au nom du Président, elle doit éviter les déclarations publiques sur les sujets polémiques. Il s'agit aussi de respecter les institutions du pays.

Des déclarations qui desservent le Président

Aussi proche qu'elle puisse l'être du Président, Valérie Trierweiler restera toujours une personne distincte. Elle ne saisit donc pas tous les enjeux des situations qui impliquent son compagnon. Le chef de l'Etat étant déjà régulièrement critiqué, il n'est jamais bienvenu de lancer des propos polémiques dans son entourage. La séparation entre le public et le privé ayant parfois été trop floue sous le quinquennat de M. Sarkozy, les dérapages de Mme Trierweiler font très mauvaise impression. En effet, François Hollande se veut un « Président normal ».

Ce dernier est depuis longtemps dans la politique et en connaît les règles. Bien que sa compagne ait été journaliste politique, elle n'a pas appris comme lui à garder privé ce qu'elle pense personnellement. Pour mener à bien ses réformes, un Président français a besoin du soutien du Parlement. La logique partisane perdure donc même après l'élection. La loyauté d'un homme politique à son parti est beaucoup plus exigeante et contraignante que celle d'un journaliste à son journal.

Le danger d'avoir une Première Dame journaliste

Être journaliste n'est pas un métier comme les autres. Qu'une Première Dame souhaite conserver son emploi au XXIe siècle n'est pas choquant. La difficulté vient davantage du fait que les écrits d'un journaliste sont forcément subjectifs. La politique pouvant se mêler à n'importe quel sujet, Valérie Trierweiler sera toujours suspectée de promouvoir les décisions de son compagnon et d'oublier de prendre un recul critique. François Hollande sera accusé de contrôler la presse et les journaux de ne pas proposer d'articles sérieux.

De plus, Valérie Trierweiler est très active sur les réseaux sociaux, notamment twitter. Son habitude de déclarer rapidement ce qu'elle pense sans concertation préalable avec l'entourage du Président pose problème. S'exprime-t-elle en tant que journaliste, en tant que citoyenne militante ou en tant que compagne du chef de l’État ? Le besoin de discrétion se fait plus aigu quand toutes ces possibilités cohabitent. Elle doit prendre l'habitude de préciser pourquoi elle s'exprime et en quel nom. Sa légèreté ridiculise la France et le Président doit remettre les points sur les i s'il est aussi attaché à la grandeur du pays qu'il le prétend.

Cet article présente intentionnellement un seul parmi les différents points de vue existant sur cet enjeu. Son contenu ne reflète pas nécessairement l'opinion personnelle de l'auteur. Je vous invite à prendre connaissance de la philisophie de Duel Amical.

Valérie Trierweiler doit trouver sa place aux côtés du nouveau Président

11/07/2012 - 18:38
Bien que la nouvelle Première Dame de la France ait commis des erreurs, son rôle n’en demeure pas moins essentiel et il est important qu’elle trouve sa place aux côtés du nouveau Président.

Certes, la fonction de Première Dame n’est pas officielle même si elle dispose d’un cabinet restreint mais la compagne du Président ne joue pas moins un rôle essentiel.

Un rôle essentiel

Chaque Première Dame a imposé sa marque lors du mandat de son conjoint, de Yvonne de Gaule à Carla Bruni-Sarkozy en passant par Danièle Mitterrand qui n’hésitait pas à s’opposer frontalement à son mari sur des questions idéologiques, avec toutefois discernement et sans s’ingérer dans les affaires en cours. Il y avait donc une attente de la part des français et une certaine curiosité quant au rôle qu’elle jouerait alors qu’elle était restée en retrait tout au long de la campagne présidentielle. Son entrée en fonction n’a pas été facilitée par cette attente, peut être démesurée.

Une femme moderne

Les polémiques autour du rôle de Valérie Trierweiler viennent certainement aussi du fait qu’elle inaugure une nouvelle génération de Premières Dames déjà entrevue avec Carla Bruni-Sarkozy. Divorcée, non-mariée avec François Hollande, active et tenant à son indépendance, elle ne veut donc pas renoncer à son métier de journaliste. Ce fait a immédiatement déclenché de vives réactions alors qu’il existe bien d’autres branches que le journalisme politique dans lesquelles elle peut exercer ses compétences. La compagne du nouveau Président est une femme résolument moderne et il faudra bien que l’étiquette de l’Elysée et les mentalités s’en accommodent. Il faut cependant qu’elle évite le mélange des genres.

La difficulté de trouver sa place

Le mélange de sphère privée et publique ainsi que l’ingérence dans des affaires politiques lui ont justement été reprochés après le soutien qu’elle a apporté au dissident socialiste Olivier Falorni. Son tweet est effectivement une erreur mais est également symptomatique des difficultés que rencontre la Première Dame à trouver sa place auprès de son compagnon. Malgré ce faux pas, elle ne doit pas s’effacer pour autant mais plutôt inventer son style et s’affirmer hors du champ politique, du moins pour les cinq années à venir. Elle a d’ailleurs évoqué à l’occasion de la visite du lycée français de Chicago en marge du sommet de l’OTAN une cause qui lui tient à cœur et qu’elle compte promouvoir : l’égalité des chances.

Très attendue, Valérie Trierweiler a été abondamment critiquée dès son premier faux pas, certes regrettable mais pas irréparable. Il faut désormais qu’elle réussisse à trouver sa place hors du champ politique. Elle tarde un peu mais la tâche est complexe.

Cet article présente intentionnellement un seul parmi les différents points de vue existant sur cet enjeu. Son contenu ne reflète pas nécessairement l'opinion personnelle de l'auteur. Je vous invite à prendre connaissance de la philisophie de Duel Amical.

Swipe to see the other side.

The state of the votes

53%
47%

Valérie Trierweiler doit trouver sa place aux côtés du nouveau Président

Commentaires

Ajouter un commentaire