Brexit : échec ou leçon pour l'UE ?

2996
45%
55%
Le départ du Royaume-Uni de l'UE s'est révélé être l'une des questions les plus brûlantes de l'Union récemment, car ce phénomène sans précédent soulève plusieurs questions : quels effets le Brexit aura-t-il sur la politique étrangère de l'UE ? Dans quelle mesure cela changera-t-il les priorités de l’Union ?

Le Brexit est l’échec de l'UE

Auteur
Translator
23/08/2018 - 10:00
Lors d'un référendum en 2016, la majorité de la population a décidé que le Royaume-Uni quitterait l'Union européenne. Les négociations ont commencé en mars dernier. Si l’on peut affirmer que l'UE représente les intérêts de la région avec une efficacité et une unité relatives, le phénomène reste néanmoins son échec. Le retrait des Britanniques est préjudiciable aux processus internes de l'Union et son rôle international en souffre également.

Il est évident que le Brexit est devenu une question importante dans l'agenda politique de l'UE. Ces dernières années, les États membres et les institutions de l’UE se sont préoccupés de la résolution rapide des problèmes concernant les droits des citoyens, les finances, ainsi que la situation en Irlande du Nord et le débat concernant la compétence de la Cour de justice européenne. Ces problèmes ne représentent cependant que le haut de l'iceberg. En outre, la législation sur la coopération future entre l'UE et le Royaume-Uni doit encore être élaborée.

Les effets négatifs du Brexit sur les processus internes

Tant que le Brexit occupe une place centrale dans l'agenda politique de l'UE, il élimine les capacités d'autres questions importantes.
La question de l'immigration est exemplaire. L’immigration est au cœur des élections passées et à venir, mais à ce jour, l’UE n’a pas trouvé de solution dans ce domaine. Cet événement n'est pas un cas isolé dans l'UE. À l’époque de l’adoption et de l’entrée en vigueur prolongée du traité de Lisbonne, la Hongrie, entre autres, a également critiqué le fait qu’au lieu de trouver des solutions à la crise économique de 2008, l’UE était toujours préoccupée par le processus de réforme de Lisbonne de 2009.

En raison du Brexit, sans changement de processus, le poids prépondérant de l'Allemagne est encore renforcé au sein de l'UE. La capacité de la France à défendre ses propres intérêts a diminué ces dernières années, tout comme celle de la Grande-Bretagne - en raison de sa politique de sortie. Cela a abouti à une prédominance allemande qui peut être clairement ressentie de nos jours. Son impact impacte particulièrement la résolution de la crise ukrainienne et se retrouve dans la résolution politique de l'Union sur l'immigration. Ce n'est pas une coïncidence si les critiques affirment qu’une prépondérance allemande est présente dans les positions prises par l'UE. Certes, si l'influence allemande est déjà si forte, la situation ne fera qu'empirer une fois les Britanniques partis. Cela peut conduire à de graves déséquilibres de pouvoir, à une diminution de la capacité des États membres à défendre leurs intérêts, voire à des réglementations établies de manière unilatérale.

Au-delà de tout cela, le Brexit peut être perçu comme une réaction. En règle générale, les institutions européennes gèrent toutes les crises de manière à acquérir de plus en plus de compétences. Ces aspirations des institutions de l'UE se traduisent nécessairement par une intégration de plus en plus importante, ce qui, dans certains cas, peut s'avérer permettre une gestion efficace des crises. Dans certains cas, cela peut sembler menaçant, ou même entraîner la perte grave de la confiance d'un État membre. S'il existe un précédent qu'un État membre quitte l'UE, la probabilité que cela se reproduise est plus élevée. Cette chance est cependant assez faible pour le moment à mon avis. Les chances peuvent toutefois être accrues par les divisions politiques existantes, telles que l’abîme entre anciens et nouveaux États membres.

La perte de prestige de l'UE dans la politique internationale

L'UE reste confrontée à la question de son rôle, puisqu’elle souhaite devenir un acteur véritablement décisif sur la scène politique internationale. Puisque nous parlons d'une entité "sui generis", dont la politique étrangère coexiste parallèlement aux politiques étrangères de ses États membres, il lui est beaucoup plus difficile de mettre en œuvre une action unifiée. L'Union est beaucoup moins caractérisée par des mesures politiques décisives et indépendantes en politique internationale. Cela peut également restreindre la représentation de ses intérêts dans les forums multilatéraux.

Si un État membre décide de la quitter, l'UE perd évidemment la face. Pour tout spectateur externe, le partage avec une telle communauté devient moins attrayant. Cela est fondamentalement exacerbé lorsqu'un État, considéré comme un intermédiaire, quitte l'Union. Dans l’attitude de négociation du Royaume-Uni - malgré tous ses défauts - les facteurs suivants ne peuvent être écartés. Le Royaume-Uni est actuellement un membre dominant du Commonwealth britannique, entretient traditionnellement de bonnes relations avec les États-Unis d’Amérique et c’est une puissance nucléaire.

Il est possible que le Royaume-Uni assume davantage de responsabilités pour les raisons de son départ que l'UE, mais la sortie elle-même présente l'Union comme une alternative beaucoup moins favorable aux yeux des pays candidats. En outre, cela pourrait aussi insinuer pour les autres acteurs de la politique internationale que l’UE serait devenue moins importante sur la scène internationale.

 

Cet article présente intentionnellement un seul parmi les différents points de vue existant sur cet enjeu. Son contenu ne reflète pas nécessairement l'opinion personnelle de l'auteur. Je vous invite à prendre connaissance de la philisophie de Duel Amical.

Le Brexit : leçon et opportunité pour un développement futur

Translator
08/08/2018 - 23:00
Il ne fait aucun doute que le Brexit soit un point négatif de l’histoire de l’Union européenne, puisqu’il constitue un précédent à la sortie d’un pays. Il serait toutefois exagéré qu’affirmer que se concentrer sur le Brexit détournerait l'attention de l'Union européenne d'autres mesures importantes. Qu'est-ce qui pourrait être plus important que d'explorer et d'analyser les raisons de la décision du Royaume-Uni ? Cela est d’autant plus essentiel que si l’UE se penchait vraiment sur la question et comprenait les véritables raisons du Brexit, cela pourrait constituer un obstacle à la poursuite des retraits.

En ce qui concerne le Brexit, il vaut mieux ne pas traiter la décision du Royaume-Uni en soi, mais plutôt se concentrer sur le phénomène lui-même : qu'est-ce qui peut amener un État membre à prendre une décision aussi radicale ? Et qu'est-ce qui peut empêcher la création d'un effet domino et persuader les États membres d'opter pour la cohésion plutôt que la désintégration ?

La première réaction aux causes du Brexit – à laquelle on pense spontanément - n’est autre que celle-ci; "L'immigration et la mauvaise gestion de crise de l'UE sont la cause de tout". Cette question est cependant beaucoup plus complexe et il est impossible d'y répondre par des réponses aussi schématiques. Il est vrai qu'au lieu des attentes initiales en 2004 (5 000 à 13 000 immigrés), il se pourrait que les Britanniques aient reçu, sous la forme d'une douche froide, 129 000 immigrants originaires de l'UE la première année*. Mais ce n'est qu'un aspect du problème. Les arènes politiques actuelles sont confrontées à un phénomène commun et complexe tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'UE.

Une dérive générale vers la droite

La soi-disant ouverture politique et communicationnelle de l’UE, qui dissimule un potentiel énorme, incite plutôt à la menace et à la confusion dans les États membres aujourd'hui. Grâce à la mondialisation, chacun peut aujourd'hui exprimer son opinion politique de nombreuses manières. Cela en soi ne devrait pas poser de problème, car la liberté d’expression est l’un des fondements de la démocratie. En même temps, le phénomène décrit ci-dessus divise inévitablement une arène politique déjà hétérogène, à laquelle l’Union européenne - avec ses institutions fondées sur le système démocratique représentatif - ne peut répondre de manière rassurante. Tout cela crée de l'incertitude et laisse place à l'augmentation des voix pop sensationnalistes et sensationnalistes. Celles-ci, le plus souvent par manque de contenu professionnel, mais avec des manœuvres politiques bien rôdées et les dernières avancées technologiques des médias sociaux, trouvent un moyen d'exploiter la situation. Ce serait une erreur de prétendre que l'UE est la seule entité qui ne puisse pas toujours répondre à ces défis politiques avec suffisamment d'efficacité. On peut observer que, bien que sur deux continents distincts, la même classe sociale a voté pour Donald Trump, qui a également décidé de quitter le Royaume-Uni. Cela montre que la confiance des citoyens a fléchi non seulement chez les dirigeants politiques classiques, mais aussi dans le système. Cela peut s'expliquer par un « virage à droite » général, ainsi que par le renforcement des voix trop nationalistes et populistes.

Le rôle de l'UE dans son propre renforcement

L'une des tâches les plus importantes de l'UE consiste à regagner la confiance de ses citoyens et à renforcer sa propre crédibilité. Elle doit faire face au fait que ses institutions et ses mécanismes de prise de décision sont souvent incompréhensibles pour les profanes, sa compréhension se limitant donc à une "élite politique". Il devrait viser à rendre son système institutionnel et ses propres valeurs plus compréhensibles et tangibles pour ceux qui n’ont pas l’expérience de questions politiques ou juridiques mais qui représentent une masse électorale importante.

Il est évident que la force motrice la plus importante de l'UE est sa propre famille de 28 membres. Mais compte tenu des voix eurosceptiques toujours plus fortes, qui tentent de transformer le manque d'information des gens en leur propre arme, il serait essentiel que l'UE élabore une telle orientation générale qui peut mettre en évidence - mieux que ce n'est le cas actuellement - les mérites et la légitimité de l'Union européenne.

Enfin, la décision du Royaume-Uni peut effectivement avoir un impact négatif sur l'Union européenne. Nous ne pouvons pas ignorer que des arrêts tels que le Brexit touchent tous les systèmes et organisations (internationaux). C’est néanmoins l'occasion pour l'UE de se relever de cette difficile passe et d'en faire un avantage, en se repensant et se renforçant, pour que son existence et sa crédibilité restent intactes.

*https://www.theguardian.com/commentisfree/2018/mar/03/brexit-immigration-jobs-eton-europe

Cet article présente intentionnellement un seul parmi les différents points de vue existant sur cet enjeu. Son contenu ne reflète pas nécessairement l'opinion personnelle de l'auteur. Je vous invite à prendre connaissance de la philisophie de Duel Amical.

Swipe to see the other side.

The state of the votes

45%
55%

Commentaires

Ajouter un commentaire