/
Glisser pour voire l'autre article.
249
365

République Tchèque : un affaiblissement du modèle démocratique occidental ?

434
61%
39%
La République Tchèque connaît depuis peu de profondes mutations avec notamment la montée en force de l'euroscepticisme. S'agit-il d'une simple phase conjoncturelle ou bien la manifestation d'un changement profond des mentalités ? Voici le point de vue d'un étudiant tchèque à Prague, Simon Trantina et d'Alexandra Simaiova, étudiante tchèque en France.
Source: Prague-7455.jpg

Union européenne et République Tchèque : un divorce imminent

Simon Trantina | 2017. Octobre 23. 16:51

La République tchèque connait-elle depuis peu un déclin du modèle occidental ? La République tchèque a toujours été vue comme un pont entre l’Europe orientale et occidentale. Ainsi, tous les tchèques tiennent beaucoup à la notion de l’Europe Centrale afin de faire ressortir ce rôle d’intermédiaire. Au XXème siècle, ce petit pays de 11 millions habitants était plus ou moins volontairement dirigé vers l’Est faute de l’essor du communisme et de l'occupation soviétique. Mais, après la révolution de 1989, la République tchèque libérée du totalitarisme a accepté les valeurs libérales occidentales qui sont maintenant en danger pour de nombreuses raisons.

Une certaine hostilité envers l'Union Européenne prend place.   Dans un sondage récent, on voit que seulement 37% des tchèques font confiance à l’UE, quand 5 ans auraparavant, ce chiffre s'elevait entre 50 et 60%.

Oui, c’est vrai qu’on ne peut pas vraiment faire confiance aux pourcentages, mais un tel changement comme celui-là ne doit pas non plus être négligé. De plus, le développement de ces données est très facile à observer sur les graphes des dernières années et aussi avec l’attitude de la population tchèque envers l’Union européenne.

*Un potentiel Czexit ? 

L’Union européenne représente le modèle occidental - on peut la considérer comme une plateforme reliant les pays occidentaux orientaux et centraux. La République tchèque forme un pont avec le monde occidental à travers de nombreux pactes, accords, traités etc. Même s’il semble évident qu’avec le départ de la République tchèque de l’Union Européenne celle-ci perdrait toutes les avantages de son adhésion dans l’Union Européenne dans de nombreux domaines ainsi que ses bonnes relations avec l’Europe occidentale, la nation tchèque a tout de même tendance à exiger le „Czexit“. Pourquoi?
De multiples raisons expliquent ce phénomène de ces dernières années. Premièrement on accuse directement l’Union européenne : on parle par exemple de la crise de la dette de la zone euro. Il est néanmoins très probable que les problèmes majeurs soient liés non pas tant aux défauts de l'Union européenne, mais sont tout cas relayés par la mentalité d’une partie de la population tchèque.
Et cette partie des citoyens tchèques augmente rapidement, notamment ces derniers mois avec l’approche des élections parlementaires, soulevant la question du maintien dans l’Union européenne, qui était l’un des thèmes les plus fréquents des programmes des partis politiques.
Mais pourquoi ? Les coupables les plus visibles sont des politiciens populistes qui ont accusé l’Union Européenne d’être responsable de la crise migratoire, et ont blâmé l’Europe.
Si des quotas sont la solution idéale ou non est un autre débat, mais ce qui est clair, c’est que les hommes politiques populistes ont abusé de la situation pour trouver un coupable et ont profité de la confiance des électeurs.

*l'Euroscepticisme entretenue par les politiciens

La montée de l'euroscepticisme en République tchèque a commencé pendant la deuxième moitié du mandat présidentiel du président Václav Klaus, qui était le président entre 2003 et 2013. Il n’était en effet pas d'accord avec les nouvelles propositions et les pactes européens et est donc à l’origine de l’eurosceptisme initial. Après le début de la crise migratoire, la République tchèque a connu un essor rapide des populistes dans ce sens.
Ce qui est drôle, c'est que lorsqu'on regarde les statistiques, et notamment les statistiques financières de la République tchèque au sein de l’Union européenne, on peut clairement voir qu’elle encaisse beaucoup plus d’argent du budget de européen qu’elle y apporte, notamment grâce aux dotations.

*Le rôle bienfaiteur de l'Union Européenne ignoré

Ainsi, le gouvernement tchèque devient de plus en plus critique sur les innovations de l’Union européenne et si on ajoute l’ignorance des quotas migratoires et l’attitude arrogante et méprisante des politiciens, on peut être reconnaissants que l’Union Européenne ne nous ait jamais sanctionnés. Ce qui est paradoxal c’est ce refus strict des quotas, car la République tchèque de nos jours a accepté seulement 12 migrants et a encouragé la migration d’une partie de ceux ci vers l’ouest, en raison des conditions économiques plus avantageuses dans les pays comme l’Allemagne, la France ou le Royaume-Uni. De plus, la majorité des tchèques a une tendance à oublier tous les avantages que notre participation à l’Union Européenne nous offre, comme la circulation libre des biens et des personnes assurant l’attractivité économique et touristique dont la prospérité de l’Etat ou bien les grandes dotations etc. Malheureusement, les populistes sont parvenus à détourner la situation et à faire oublier à la population toutes les bonnes choses que l’Union européenne nous offre. Ils sont également parvenus à exploiter des petits désavantages pour gagner des votes. On peut donc dire que la République tchèque connait un déclin du modèle occidental, et particulièrement des valeurs soutenues par l’Union européenne.



Enfin, je tiens à préciser que le parti “Liberté et démocratie directe” - le parti anti-européen et anti-migrant viens d’obtenir 10% de votes aux élections parlementaires.

La République tchèque et l’Union européenne : une amitié durable

Alexandra Simaiova | 2017. Octobre 23. 23:23


La République tchèque est un tout petit pays que l’on surnomme de manière très valorisante : “le coeur de l’Europe”. C’est un compliment chaleureux mais c’est aussi une sacrée responsabilité. Avez vous déjà vu un être vivant sans son coeur? Il est d’un coup plus clair que pour fonctionner, l’Europe a besoin de la République tchèque. Ceci explique la gentillesse avec laquelle l’Union européenne traite ce pays. La République tchèque connait-elle depuis peu un déclin du modèle occidental? Bien sur que non, elle n’a aucune raison de faire ainsi.

* 

*Des sondages trompeurs

Il est vrai que seulement 37% des tchèques trouve que l’engagement de la République tchèque dans l’Union européenne a un effet positif sur le pays, mais cela ne veut pas dire que les 63% restants y sont hostiles. Au contraire, une grande partie des répondants (45%) se sont déclarés neutres dans leur position envers l’Union européenne. Au final ce n’est pas que la population s’éloigne des valeurs occidentales, mais c’est seulement qu’elle ne s’y retrouve plus dans tout ce qui passe en Europe de nos jours - crises migratoires, Brexit? Il est tout à fait possible de regagner la confiance des habitants en mettant l’accent sur l’apport de l’Union européenne. Par exemple rappeler qu’en 10 ans d’engagement (données de 2014) la République tchèque s’est vu attribuer presque 1,3 milliards d’euros avec lesquels elle a pu réparer 2000km d’ infrastructure, créer 72 000 nouveaux postes de travail etc. Il est important de rappeler que ce sondage (Eurobarometer) a consulté entre 500 et 1500 habitants seulement, ce qui rend les résultats moins crédibles.

*Une participation très active

Afin de rembourser au moins une part de la somme donnée à la République tchèque, le premier ministre (socio-démocrate) encourage la participation du pays dans les nombreux projets européens. Par exemple, les chercheurs tchèques travaillent sur la minimalisation des risques dans les centrales nucléaires dans le cadre du projet européen.
 En ce qui concerne la crise migratoire, le premier ministre a montré sa volonté de participer financièrement à la formation de la garde maritime libyenne afin d’empêcher les flux migratoire provenant de ce pays africain.
Il s’agit bien une preuve de la volonté de la République tchèque de s’investir dans la gestion européenne de la crise migratoire, alors même que le pays n'a jamais connu un grand flux migratoire sur le territoire.

*

Les jeunes sur le devant de la scène

En parlant de la crise migratoire, les rares passages des réfugiés par notre petit pays ont été toujours accompagnés par des actes solidaires provenant des mouvements solidaires étudiants dans lesquels on trouve difficilement des eurosceptiques. Ainsi, les réfugiés se rendent compte des avantages que l’Union européenne leur apporte, comme par exemple la possibilité de voyager librement en Europe, et le fait que l’Europe donne les moyens de réaliser leurs projets (dotations européenne prévues pour cet effet) ou encore permet de participer aux programmes éducatifs européens, l’accès à l’enseignement à l’étranger étant plus facile dans le cadre des programmes européens (Erasmus). De plus en plus de jeunes sont touchés par cette action européenne, une jeune génération pas encore majeure : elle ne peut s’exprimer lors des élections ou des sondages “pour les grands”. Si il y a un un déclin dans les pourcentages, il sera surement bientôt rattrapé par une nouvelle génération stimulée par l’action européenne.



*Un avenir européen assuré

…Au moins pour les quatre prochaines années, car les élections législatives qui ont eu lieu le weekend dernier ont apporté 30% des voix au parti - ANO (“Oui” en tchèque) dirigé par le milliardaire Andrej Babiš, qui a annoncé dans son discours victorieux que malgré les rumeurs sur ce sujet son parti est pro-européen et qu’il nie toute volonté de quitter l’Union européenne. On peut être davantage rassuré, car le leader du parti a déjà découvert des vertus de l’Union européenne. Ainsi, une enquête policière a été menée sur la violation des dotations européennes par son entreprise.

Cet article m'a convaincu.

Cet article présente intentionnellement un seul parmi les différents points de vue existant sur cet enjeu. Son contenu ne reflète pas nécessairement l'opinion personnelle de l'auteur. Je vous invite à prendre connaissance de la philisophie de Duel Amical.

Cet article m'a convaincu.

Cet article présente intentionnellement un seul parmi les différents points de vue existant sur cet enjeu. Son contenu ne reflète pas nécessairement l'opinion personnelle de l'auteur. Je vous invite à prendre connaissance de la philisophie de Duel Amical.

L'état du vote

61%
39%

Union européenne et République Tchèque : un divorce imminent

Simon Trantina

La République tchèque et l’Union européenne : une amitié durable

Alexandra Simaiova

1 Commentaire

Martin
2017. 10. 25. 12:27
Je croix que les deux articles omettent l'aspect essentiel du debat sur l'Europe centrale dans l'UE. Il y a une veritable desillusion base sur la meconnaissance de l'UE. L'UE a été a la base le projet de paix, de prevenir une autre guerre en Europe par l'intégration économique et Lls politiciens liberaux de l'Europe centrale qui ont mene la politique d'integration esperaient d'entrer dans la marche libre des echanges des Etats nationaux! sauf que l'UE a entre temps evoluait son programme vers l'union politique presque une federation. Les politiciens tel que Klaus vit dans la vision de l'union economique, qui etait actuelle dans les annees 50 qui pourrait selon eux souffir pour resoudre les problemes de l'Europe. Leur répli vient de la connaissance limité de l'evolution de l'Europe.

Nous t'invitons à partager ton opinion avec nous !

Devenir membre !

Si vous souhaitez vous associer au projet Duel Amical, envoyez nous votre CV accompagné d'une courte lettre de motivation (200 mots maximum) mentionnant le pays et le poste auquel vous postulez
recruitment.duelamical@gmail.com
Nous reviendrons vers vous très rapidement. Cliquez ici pour plus d'informations.