/
Glisser pour voire l'autre article.
232
344

La Hongrie mérite-elle autant de critiques?

634
88%
12%
La récente procédure de sanction enclenchée par le Parlement européen à l'encontre la Hongrie s'inscrit dans la dégradation constante des relations européano-hongroises. Ce pays est-il le véritable vilain petit canard de l'Union ou au contraire n'est-il qu'un simple bouc-émissaire?
Source: Flickr

Pour la fin du "Hungary bashing"

Quester Léo | 2017. Juillet 06. 19:35

Entre la crise migratoire, la loi CEU, et les déclarations polémiques de Viktor Orbán, la Hongrie est devenue une cible facile des médias occidentaux, au point de voir surgir un véritable "Hungary bashing". Ce bashing systématique pose la question de la légitimité du traitement médiatique du cas hongrois.

Au début du mois de mai 2017, le Parlement Européen a voté une résolution visant à déclencher une procédure de sanction contre la Hongrie, avec en ligne de mire le recours à l’article 7 du Traité sur l'Union europénne. Cet article prévoit en effet d’importantes sanctions, allant jusqu'à la suspension du droit de vote au Conseil, contre tout Etat-membre qui violerait les valeurs européennes, et ne respecterait ni l’État de droit ni la démocratie.

S'il est clair que les positions du gouvernement de Viktor Orbán se sont durcies ces dernières années, avec plus récemment le vote de la loi CEU ou la gestion de l’immigration, il convient de rester néanmoins prudent et de ne pas céder à la tendance médiatique occidentale du "Hungary bashing". Les actions hongroises sont facilement critiquées par les médias des pays d'Europe occidentale, à commencer par l'Allemagne et la France. Or ce bashing nous éloigne profondément de la réalité.

*Des résultats économiques incontestables

Premièrement, l’économie est le juge de paix pour les leaders de l’Union. Cependant en Hongrie la situation économique par rapport à certains de ses voisins européens n’est pas si alarmante. Bien au contraire, depuis 2013, l’économie hongroise a renoué avec la croissance, sortant de la récession, avec des taux de croissances annuels du PIB compris entre 2 % et 4 % (n-b: 2,9 % en 2015 selon Eurostat). En comparaison, la France peine depuis les subprimes à atteindre les 2 % de croissance. De plus la Hongrie a consenti à de nombreux efforts pour répondre aux critères de convergence.

L’endettement public a considérablement baissé depuis 2010, mais reste supérieur à 60 % du PIB (n-b: 75,3 % en 2015 selon Eurostat), tandis que le déficit public inférieur à 3 % du PIB correspond désormais aux attentes de Bruxelles. La Hongrie de Orbán a également réussi là où la France de Hollande a échoué: baisser, d’une manière considérable et continue le taux de chômage, se situant aujourd’hui entre 4% et 5%. Après la crise, Viktor Orbán a choisi de faire davantage payer les multinationales et les banques que les citoyens, par l’instauration en 2010 de nouvelles taxes sur ces secteurs. Cela peut paraître pour nombre de socialistes occidentaux beaucoup plus juste que la constante augmentation des impôts dans certains pays depuis la crise, sachant que la pauvreté était déjà grandissante en Hongrie même avant celle-ci.

*Mieux vaut balayer devant ses portes

A propos de la détérioration des liens entre l'Union européenne et la Hongrie, les pays d'Europe occidentale donnent de nombreuses leçons à la Hongrie sans vraiment regarder ce qui se passe chez eux. Nombreux sont les dirigeants français, allemands, et bruxellois qui blâment l’attitude des autorités hongroises à la frontière avec la Serbie. Le problème n’est pas tant que l'Union européenne condamne ces attitudes contestables sur le plan humanitaire, mais surtout qu'elle abandonne réellement l'un de ses États-membres. Il ne faudrait pas oublier que cette frontière avec la Serbie constitue une frontière extérieur de l’Union, et que de fait si l'Union était une véritable union, l'ensemble des États-membres devraient se préoccuper de la sécurisation et de la gestion de celle-ci. Au lieu de ça, l’Allemagne comme la France préfèrent donner des leçons, et laisser la gestion première des flux à l’Italie, la Grèce ou la Hongrie. De même, la Commission Européenne a appelé récemment les pays du groupe Visegrad à respecter les quotas. Or si la Hongrie n’a pas appliqué le mécanisme des quotas, la France non plus ne l’a pas fait, en restant encore aujourd’hui loin de l’objectif fixé, à savoir l’accueil de 30 000 réfugiés.

*L’activisme d’une opposition libre dans le pays

Aussi, les spécialistes évoquent sans cesse la mise à mal de la démocratie en Hongrie. Or la démocratie n’est-elle pas plus vivante en Hongrie qu’ailleurs en Europe? En Europe occidentale, et surtout en France, la société civile m’apparaît endormie. Dès que les citoyens souhaitent un changement majeur, ils en appellent aux partis politiques, et ne s'engagent pas réellement. Même le mouvement En Marche, pourtant issu de la société civile, se structure de plus en plus comme un véritable parti politique. Les citoyens français ont des difficultés à sortir de la logique de parti, et se désintéressent de plus en plus de la politique. Or en Hongrie la société civile est éveillée, et l'opposition politique au Fidesz ne vient pas des partis, mais plutôt d’un engagement direct de certains citoyens hongrois, notamment les jeunes. L’émergence de mouvements aussi divers que Momentum et le Kétfarkú Kutya Párt symbolisent l'existence d'une démocratie vivante dans le pays. D’ailleurs, les manifestations spontanées contre l’arrêt du journal Népszabadság, contre l’organisation des JO 2024 à Budapest, ou la loi CEU témoignent de la résurgence d’une démocratie libre et directe en Hongrie.

Les pays d'Europe occidentale devraient faire preuve d'humilité face à l'histoire. Les pays d'Europe centrale et orientale ont retrouvé leur souveraineté pleine et entière au début des années 1990. Deux décennies sur le temps historique c'est court. L’histoire à son rythme, un rythme qui doit être respectée. La Hongrie avance ainsi à un rythme qui est le sien, et la France et l'Allemagne à un autre. Il serait injuste de juger la situation actuelle en Hongrie aux prismes des situations allemandes et françaises, car celles-ci ne sont pas comparables. De plus la montée du groupe Visegrad, dont fait partie la Hongrie, ne fait pas reculer la construction européenne. Au contraire, il l'a fait progresser vers une Europe plus réaliste et pragmatique, c'est-à-dire une Europe à plusieurs vitesses et aux multiples coopérations. Alors cessons ce bashing systématique de la Hongrie, car les Magyars font bien vivre la démocratie en Europe, et n'ont pas tous le même style piquant que certains de leur représentants.

Écris l'article contraire!

New Author | 2017. Juillet 06. 19:35

Le paire de cet article n'a pas encore été préparé. Sois le premier à présenter le point de vue contraire!

L'un de nos auteurs a déjà partagé ses idées, cependant, lors de la publication de l'article nous n'avons pas encore trouvé l'opinion concurrente. Nous encourageons tout le monde – qui ne serait pas d'accord avec de ce qui vient d’être présenté – d'écrire l'article opposé. Le texte respectant la même forme est à envoyer sur l'adresse duelamical@duelamical.eu.

Cet article m'a convaincu.

Cet article présente intentionnellement un seul parmi les différents points de vue existant sur cet enjeu. Son contenu ne reflète pas nécessairement l'opinion personnelle de l'auteur. Je vous invite à prendre connaissance de la philisophie de Duel Amical.

Cet article m'a convaincu.

Cet article présente intentionnellement un seul parmi les différents points de vue existant sur cet enjeu. Son contenu ne reflète pas nécessairement l'opinion personnelle de l'auteur. Je vous invite à prendre connaissance de la philisophie de Duel Amical.

L'état du vote

88%
12%

Pour la fin du "Hungary bashing"

Quester Léo

Écris l'article contraire!

New Author

0 Commentaire

Nous t'invitons à partager ton opinion avec nous !

Devenir membre !

Si vous souhaitez vous associer au projet Duel Amical, envoyez nous votre CV accompagné d'une courte lettre de motivation (200 mots maximum) mentionnant le pays et le poste auquel vous postulez
recruitment.duelamical@gmail.com
Nous reviendrons vers vous très rapidement. Cliquez ici pour plus d'informations.